Freesexchat br Free sex chatrooms for bisexuals

18-May-2020 01:45

L'image est un peu sombre : Géricault a utilisé du bitume pour les noirs, technique en vogue à l'époque, mais qui a tendance à s'assombrir avec le temps - l'intention de l'artiste était donc de faire une image un peu plus claire que celle-ci. Vous pouvez cliquer sur l'image pour l'agrandir : le chargement est un peu long car l'image est en haute définition. 19 compagnons d'infortune, naufragés en pleine mer. Malgré les efforts pour attirer l'attention, l’Argus s’éloigne sans avoir vu le radeau. C’est semble-t-il cet instant que le peintre nous présente.

Il reste 60 passagers le 3e jour, les blessés souffrent le martyre avec l'eau salée noyant leurs plaies. Certains passagers découpent des lambeaux de chair sur les cadavres, les font sécher au soleil et les dévorent. Il méprise ses subordonnés et n’écoutera pas l'avis des marins expérimentés. En dépit du bon sens, il n'attend pas les deux navires les plus lents et, voulant prendre le chemin le plus court, il coupe par le banc d'Arguin, une zone dangereuse de récifs et de bancs de sable au large de la Mauritanie. Le navire qui l'accompagnait change de route et lui envoie des signaux, mais de Chaumareys s'obstine. La Méduse finit par s'immobiliser, lamentablement échouée par beau temps et à marée haute. La est une frégate, un navire de guerre récent, dédiée avec 3 autres bateaux à cette expédition. Duroy de Chaumareys qui prend le commandement de la Méduse, un homme âgé de 51 ans qui, contrairement à ce que l'on pourrait croire, est un officier sans expérience et qui n'a pas dirigé de navire depuis plus de 20 ans. Noble émigré pendant la Révolution, il a bénéficié du retour en grâce des royalistes.

Il reste 60 passagers le 3e jour, les blessés souffrent le martyre avec l'eau salée noyant leurs plaies. Certains passagers découpent des lambeaux de chair sur les cadavres, les font sécher au soleil et les dévorent.

Il méprise ses subordonnés et n’écoutera pas l'avis des marins expérimentés. En dépit du bon sens, il n'attend pas les deux navires les plus lents et, voulant prendre le chemin le plus court, il coupe par le banc d'Arguin, une zone dangereuse de récifs et de bancs de sable au large de la Mauritanie. Le navire qui l'accompagnait change de route et lui envoie des signaux, mais de Chaumareys s'obstine.

La Méduse finit par s'immobiliser, lamentablement échouée par beau temps et à marée haute.

La est une frégate, un navire de guerre récent, dédiée avec 3 autres bateaux à cette expédition. Duroy de Chaumareys qui prend le commandement de la Méduse, un homme âgé de 51 ans qui, contrairement à ce que l'on pourrait croire, est un officier sans expérience et qui n'a pas dirigé de navire depuis plus de 20 ans.

Noble émigré pendant la Révolution, il a bénéficié du retour en grâce des royalistes.

Un équipage de soudards, d'anciens déserteurs et de bagnards.